Baisse des Exigences

par Fred Lamond version française Tof


Gerald Gardner croyait fermement en la réincarnation et pensait que les initiés aux Mystères pouvaient choisir le moment et le lieu de leur prochaine incarnation. Il savait qu’il n’avait plus beaucoup de temps à vivre et voulait se réincarner dans un coven de sorcières, mais pour que cela soit possible il fallait qu’il y ait toujours des covens de sorcières après sa mort. Ainsi, avec le temps il s’est montré de moins en moins regardant sur ce qu’il demandait aux futurs initiés de façon à augmenter le nombre de sorcières qui seront initiées.
Une des choses que l’on exigeait du candidat à l’initiation c’est qu’il patiente un an et un jour entre le moment où il demande à rejoindre un coven et le moment où il sera effectivement initié. En fait j’ai été initié seulement sept mois après ma première rencontre avec Gerald Gardner et quatre mois après avoir rencontré le reste du coven. J’ai pensé un temps qu’ils avaient fait une exception pour moi à cause de ce que j’avais raconté au sujet de mon expérience mystique avec la Déesse deux ans auparavant, mais d’autres candidats ont eux aussi bénéficié d’une telle procédure accélérée.
Après la brouille entre Gerald Gardner et Doreen Valiente, il a envoyé toutes les lettres de renseignements à Dayonis avec comme instruction d’initier les demandeurs le plus vite possible. Certains candidats ne posaient aucun problème car leur tempérament était proche du nôtre, d’autres étaient plus problématiques mais nous les avons pourtant initiés.
Mais lorsque Eleanor Bone est venue nous voir, nous avons eu l’impression que nous ne pourrions pas ritualiser avec elle. Nous ne mettions pas en doute sa sincérité, mais elle était vraiment bien plus âgée que nous et sa réserve d’infirmière en chef d’une maison de retraite ne cadrait pas avec la gaieté exubérante des autres membres du coven. Gerald a insisté pour qu’elle reçoive une initiation privée. Ensuite il s’est chargé de sa formation et en l’espace d’un mois il lui a accordé les Second et Troisième degrés et en a fait la Grande Prêtresse d’une nouvelle lignée. Si les degrés sont censés représenter des étapes du développement spirituel, j’avais l’impression que cette procédure accélérée n’en était qu’une parodie.
Pour le développement de la Wicca ce fut pourtant un coup de maître de la part de Gerald Gardner. Après sa mort en 1964, Eleanor Bone et Patricia Crowther furent bien plus fidèles aux objectifs de Gardner que ne le fut le Bricket Wood coven. Nous avions été échaudés par toute une publicité dont nous ne voulions pas et nous sommes restés entre nous, n’initiant plus que les conjoints et les amis proches des membres. Eleanor et Patricia quant à elle ont continué à donner des interviews à chaque fois qu’on le leur demandait et sont devenues les porte-parole de la Wicca Gardnerienne à la fin des années 1960 et dans les années 1970. Ceux qui étaient intéressés les ont donc approchées et Eleanor Bone est devenue la grand-mère de la plupart des gardneriens du Sud de l’Angleterre, Patricia Crowther celle de ceux du Nord.
La Wicca est ce qu’au moyen-âge on appelait un art, une aptitude, celle de jeter des sorts mentaux pour demander à la Déesse et au Dieu Cornu de nous aider et d’aider les autres. Nous pouvons être plus efficaces en cela si nous transcendons les barrières mentales et physiques que nous plaçons autour de nous pour protéger nos ego personnels. Dans la Wicca il y a de nombreuses procédures radicales qui mettent à l’épreuve et brisent les barrières construites par les membres.
Parmi ces procédures il y a la nudité rituelle qui est généralement pratiquée par tous les covens gardneriens tout autour de la terre. Mais la plupart des covens esquivent les autres et ne les pratiquent que de façon symbolique. Gerald Gardner a initié cet esquivement avec le Grand Rite lors des élévations au troisième degré et ne disait rien lorsque l’épreuve lors des initiations et des élévations au second degré n’était pratiquée que symboliquement.
Peu de Grandes Prêtresses (peut être aucune) n’ont atteint le degré d’égo-transcendance leur permettant de channeliser réellement la Déesse lorsqu’on fait descendre la Lune en elles, mais la baisse des exigences a incontestablement aidé au développement du mouvement.
 

 

Fred Lamond est l'auteur entre autre de Fifty Years of Wicca et Religion sans dogme, The Divine Struggle  & Witness to Wicca.   
 


 

Retour