Différentes écoles

par Hanz Holzer version française Tof

Il ne m’a pas été nécessaire de séjourner longtemps en Angleterre pour comprendre que la Sorcellerie est en gros dans la même situation que l’Eglise : Quand trois sorcières se rencontrent, il y a quatre avis différents ! La sorcellerie présente les mêmes symptômes que ceux qui ont conduit à la transformation des différentes branches de l’Eglise chrétienne en des sociétés polémiques.
Aujourd’hui la sorcellerie est légale même si elle n’est pas encore socialement acceptée. Il n’est plus besoin de se soucier de sa sécurité et les énergies peuvent êtres utilisées dans d’autres buts. Malheureusement, cela a entraîné non seulement des aspects positifs comme la recherche des racines de la sorcellerie et des traditions sorcières passées, mais cela a aussi conduit à des discussions de plus en plus virulentes entre les différents mouvements, chacun affirmant détenir la seule véritable sorcellerie et considère que les autres mouvements lui sont inférieurs. Pour autant il est vrai que les sorcières ne se combattent pas physiquement et qu’elles ne se dénoncent jamais les unes les autres aux autorités pouvant leur nuire. Elles conservent ces conflits au sein de la sorcellerie et n’en font pas état devant les journalistes. Mais la situation est contraire à la loi sorcière selon ce que j’en ai compris.
Je ne suis pas parvenu à comprendre ce qui fait qu’on parle autant du renouveau de l’Ancienne Religion dont est responsable le Dr. Gardner. Si ce dernier a ajouté quelques touches personnelles aux rites traditionnels peut-on réellement le lui reprocher ? N’est-il pas lui aussi une sorcière ? La Religion est elle constituée de dogmes rigides et immuables ou évolue-t-elle, s’adapte-t-elle et se modifie-t-elle avec le temps ? Il est certain que la sorcellerie déteste les dogmes sous quelques formes que ce soit et comme il s’agit d’une religion naturelle elle doit pouvoir se modifier périodiquement, s’altérer et s’améliorer. Si la sorcellerie est une religion vivante, elle doit aussi accepter l’existence de rénovateurs et de dirigeants dont les idées complètent de façon positive les rituels établis. L’unique différence entre la forme établie de célébration et les innovations apportées par un nouveau dirigeant c’est l’époque où ces innovations ont été introduites. Même les rites originels ont dû être interprétés, sinon créés par des hommes de leurs époques.
En réfléchissant à ces questions, en essayant de les considérer sous tous leurs angles je me demande s’il y a un seul coven qui louvoie avec bonheur au milieu de tous ces points de vue différents.
                 



 

Retour