Une lettre de Patricia Crowther

adressée  à Earth Religion News peu après le décès de son époux en 1974

version française Tof

 

Cher Hermann,

Je voulais vous remercier toi et ton partenaire pour votre télégramme, c’était vraiment gentil de votre part. C’est un moment difficile, sans mon amour, mais je vais essayer de continuer son travail et le mien. Il s’agit de notre religion et de notre profession. J’ai assuré seule tous nos engagements lors des dernières fêtes de Noël, j’ai appris certains tours de magie d’Arnold et j’ai fait tout notre show, y compris la musique et les marionnettes.

Le service a été assuré par M. Melvill Young de Dundee. C’est, je crois une des première fois où un de nos rites à été conduit en public. Ca s’est fort bien déroulé. Un joueur de cornemuse a joué « The Flowers of the Forest » and « The Piper’s Lament ». La Déesse nous a apporté sa compassion et sa protection dans ces temps difficiles. Je dois ajouter que la mère d’Arnold était écossaise et qu’Arnold était très fier de ses liens avec ses ancêtres McFarlanes. J’ai essayé et je pense avoir réussi à reprendre le dessus comme Arnold l’aurait souhaité.

Comme je l’ai déjà dit, c’est à l’initié et non au responsable du coven de dire s’il le souhaite s’il est ou non sorcière. Ce n’est pas à la Grande Prêtresse ou au grand Prêtre de le dire à qui que ce soit qui est ou qui n’est pas de la wicca. Comme Léo a déjà écrit qu’il avait été initié par nous, je dirais qu’il a reçu une initiation que l’on décrit d’habitude comme « la première ». Plus que des « degrés », je dirais qu’il s’agit plutôt d’initiations de différents niveaux, chacune plus contraignante que la précédente. La puissance et l’influence magique de chaque niveau sont extrêmement importantes et ne devraient par être utilisées à la légère. Donner ces degrés à une sorcière ne devrait être pas envisagé sans qu’ils ne soient pleinement expliqués (ainsi que leurs effets) à la personne à qui on le donnera. Très peu atteignent les Mystères Intérieurs, qui bien qu’étant très accessibles, sont dans leur essence uniquement pratiqués par ceux qui s’impliquent le plus dans leur sacerdoce et sont les plus expérimentés. Je suis heureuse que la plupart des rites etc., n'aient jamais été publiés, ou n’ai jamais trouvé leur chemin vers l’imprimerie et ainsi été avilis.

 

retour

 

 

 

 

wicca